18 Novembre 2020

— Pour cette lettre, il me manque la première page. Si tu veux que j’en fasse la transcription, pourras-tu m’envoyer une photo de celle-ci?

/2

J’en viens à ne plus m’empêcher de rêver, car ce que j’imagine n’est à la hauteur ni de ce qui se passe entre nous, ni de ce que petit à petit tu me montres de ton extraordinaire personne. Cette semaine, nous avons parlé de Gala et Dali. Il y a quelque temps, je t’avais envoyé la chanson « Les yeux d’Elsa », mise en musique d’un poème d’Aragon. Elsa Triolet était non seulement sa muse, mais aussi une grande écrivaine. Dans mes rêves, je pense alors à Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, à George Sand et Frédéric Chopin, autant de couples extraordinaires qui me font réaliser que l’amour existe, y compris entre des gens considérés surtout pour leurs idées intellectuelles et froides.

Alors je réalise que toi, la fille artiste, la couturière perfectionniste, l’étudiante douée, l’amie dévouée, la jeune fille romantique, la psychologue empathique, la pianiste émouvante, la peintre talentueuse, la femme qui n’a pas peur de ses émotions. Oui, je réalise que toi, Юлия, tu existes, et qu’entre nous se tisse un lien d’une beauté telle qu’il me fait rouvrir les yeux sur ce qui m’entoure pour en apprécier la splendeur. Lorsque nous nous sommes parlés pour la première fois en Juillet, j’ai ressenti un changement : tout à coup c’était comme si le stress accumulé les mois précédents s’envolait, et était remplacé par une sérénité heureuse. Tout cela parce que je ressentis une impression de commencement de quelque chose de beau. C’était une amitié qui naquit à ce moment. Et quand à cela s’ajouta une histoire d’amour, ce fut pour moi une révélation : oui, il est autorisé de rêver au bonheur, à de belles choses, à de grands et merveilleux projets.

Je t’ai écrit cette lettre d’un jet, car je voulais que le fil de mes mots suive celui de mes pensées. Il est maintenant près de trois heures du matin ici, de l’après-midi pour toi qui est en train de dormir. A chaque instant, mes pensées t’accompagnent. Je t’aime Юлия, et je t’admire, je t’adore, et j’espère avoir pu, ne serait-ce qu’un peu, te montrer à quel point tu es une personne extra-ordinaire, et je chéris notre relation.

Depuis cette nuit calme d’où je t’écris, je t’envoie un baiser, il contient l’amour que je ressens pour toi dans mon cœur, mon cerveau, mon âme et tout mon être.

Твой Гузи-Гузи, Geraud